Le mensuel


Le mensuel vous informe, chaque mois, sur la vie de l'église : ce qui a marqué le mois qui vient de s'écouler, mais aussi sur les activités importantes qui vont marquer le mois en cours. Un article d'édification, un témoignage ou un partage vous encouragent à vivre notre vie d'église dans l'amour du Seigneur mais aussi dans l'amour fraternel. Les sujets de prières et informations diverses nous sont également rappelés. 

Le Mensuel


Télécharger
157 juin 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 932.2 KB
Télécharger
156 MAI 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 835.1 KB
Télécharger
155 avril 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 571.6 KB
Télécharger
154 mars 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 633.7 KB
Télécharger
153 Février 2019 pour web sans recette.p
Document Adobe Acrobat 518.7 KB

l'InfoTemple


157 juin 2019

Incluse au journal


Télécharger
Mai 19 Infos Temple.pdf
Document Adobe Acrobat 376.0 KB
Télécharger
Avril 19 Infos Temple.pdf
Document Adobe Acrobat 212.7 KB
Télécharger
INFO TEMPLE 02-2019 V1.pdf
Document Adobe Acrobat 57.5 KB


Articles


Il est avec nous

Croire en Jésus...


Matthieu Ch. 28 v 20 : « Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ».

Cette affirmation de Jésus a été donnée aux disciples avant son ascension, avant de les quitter. Elle fait partie de ces phrases qu’ils ne pouvaient oublier parce que Celui qui leur promet n’est plus physiquement avec eux et combien sa présence leur était précieuse. En leur assurant qu’Il sera encore avec eux, le Seigneur Jésus pare à son absence physique. Leur foi en Jésus et en ses paroles, assisté par l’œuvre du Saint-Esprit en eux (voir Jean Ch. 15 v 26 à 27), leur donne de bénéficier à leur côté de cette bienfaisante présence du Seigneur. Car, avoir le Seigneur avec soi est l’une des plus grandes grâces que Dieu attribue à chacun de ses enfants. Cette promesse a été donnée à chaque disciple, à chaque personne qui place sa confiance dans le Seigneur et Sauveur Jésus, car Il est avec nous jusqu’à la fin du monde. Cette présence est assurée d’une façon illimitée car elle durera jusqu’à la fin du monde. Elle était non seulement pour les proches de Jésus, mais aussi pour ceux qui viendront après et cela tant que cette terre subsistera.

Quel grand cadeau de Dieu ! Pourtant, nous ne nous rendons pas toujours compte de ce grand privilège : Notre Seigneur Jésus est avec nous et par Lui (et par l’Esprit-Saint), Dieu est avec nous. Nul endroit et moment où nous ne pouvons pas compter sur Lui. Nous n’avons qu’à regarder avec « nos yeux de la foi » à Lui (voir Hébreux Ch. 12 v 2) et Il est là. N’a-t-Il pas affirmé aussi : « Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez parce que moi je vis, et que, vous aussi, vous vivrez » (Jean Ch. 14 v 18). Nous pouvons nous adresser à Lui ou à notre Dieu par Lui et Il est là. Nous pouvons constamment Lui confier tel ou tel sujet de prières, de préoccupations et savoir qu’Il nous entend, nous avons non seulement son attention, mais nous savons qu’Il va agir selon sa bienveillance. Nous pouvons compter sur Lui, il est toujours avec nous, dans notre barque (dans notre vie) que la mer soit calme ou agitée. 

Ce grand bienfait de sa présence à nos côtés, nous apporte la paix, la joie et la sécurité dont nous jouissons, que nous nous en rendions compte ou pas. Parce qu’Il est là, alors nous avons les bienfaits de sa présence.

De son côté, nous n’avons rien à craindre, car si j’ose dire, notre Seigneur assure… sa part. Il a dit qu’Il sera avec nous et Il tient promesse. Il ne déçoit pas. Quand nous venons à Lui, comme Il nous y invite (voir Matthieu Ch. 11 v 28 et Jean Ch. 7 v 37), Il est là, bien présent.

Mais alors, pourquoi, nous ne le percevons pas toujours ? Le parallèle avec le soleil peut nous donner une réponse. Comme pour le soleil, le Seigneur est là, mais il se glisse des nuages entre Lui et nous, qui font qu’on ne Le voit pas toujours. Ces nuages sont tout ce qui nous empêche de Le laisser briller de sa présence et réchauffer nos vies. Il n’est pas utile ici de décrire tout ce qui peut nous priver d’être avec le Christ, mais plutôt, affirmons bien fort qu’il est de notre responsabilité de ne rien laisser dans notre vie qui puisse atténuer d’être bien avec Lui et d’être sûr et heureux qu’Il est bien avec nous. 

Car Celui qui est « Je suis » est avec nous. Il veut l’être et c’est pour cela qu’Il s’est donné, et nous, voulons-nous de Lui ? Alors, ne nous privons pas de Lui.

Bernard R.


 ...qu’est-ce que cela signifie ?

Jésus dit : « Celui qui croit en moi a la Vie éternelle » (Jean ch. 6 v. 47)

Si donc aujourd’hui tu crois en lui, tu as déjà la Vie éternelle ! Jésus ne dit pas « demain », ni « après la mort », ni « peut-être », ni « si tu es sage »... Il emploie le temps présent : « tu as la Vie éternelle » à condition que tu crois en Lui.

Mais que signifie réellement cette expression : « croire en Lui » ? Il ne s’agit manifestement pas d’une simple croyance en Lui, car, le diable même croit tout cela. Au contraire, presque toutes les fois, dans l’Evangile de Jean, où Jésus emploie cette expression, « croire en Lui », le texte grec se sert de la préposition « eis » suivie de l’accusatif. Cette locution comporte le sens d’une intégration. Il n’existe aucune construction grammaticale en français pour donner au verbe « croire » la même portée. Il faudrait presque le traduire ici par l’expression : « croire dans Jésus-Christ » mais cela n’est pas français. Nous traduirions certainement mieux la pensée de Jésus par l’une ou l’autre des expressions suivantes : « se remettre à Lui » ; ou bien, « se fier à Lui », ou, « Lui faire confiance » ; ou mieux encore, « compter sur Lui », ou même « s’intégrer en Lui par choix ».

Une maison en feu... Le papa et la maman dehors, dans la cour. A la fenêtre, un petit garçon de 3 ans, piègé par les flammes qui condamnent l’escalier. Il est perdu, à moins qu’il ne saute par la fenêtre. Le papa et la maman ont entassé des matelas dans la cour et crient à leur enfant : « Saute ! » L’enfant regarde le vide. Il a peur. Ensuite, il regarde les flammes. C’est la panique.

Alors, le père lui dit : « Mon petit, ne regarde pas ailleurs, regarde-moi dans les yeux. » L’enfant regarde. Papa lui dit :   « Je t’attrape. N’aie pas peur. Saute dans mes bras ! » Le petit voit dans le regard de son papa une certitude. Il a confiance. Il saute, il est sauvé.

Voilà comment Jésus veut que tu te remettes à Lui, que tu comptes sur Lui. En te jetant dans ses bras, tu seras sauvé.

 

Il ne s’agit cependant pas de sauter dans le noir ni dans l’inconnu. Dieu ne veut ni fanatisme, ni superstition, ni mysticisme inconscient, ni même existentialisme ! Il ne te demande pas de faire un pas dans l’irrationnel ou l’inintelligible. La foi en Christ n’est pas aveugle. Dieu te donne par Jésus-Christ, dans sa Parole, assez de lumière pour savoir, comme le petit garçon à la fenêtre de la maison en feu, que tu agis selon la raison. Tu en sais juste assez sur Dieu pour Lui faire totalement confiance... puis, lorsque tu t’engages, Il honore ton geste. C’est ainsi que Dieu te sauve. La conviction devient la foi. Jésus n’a-t-il pas dit : « Ta foi t’a sauvé » ? (Luc ch.7 v. 58 ; ch. 18 v. 42).

Auteur inconnu


retour : Accueil